Les LéAnautes et leur réseau

  • BlogLéa

    livrable INF05

  • carte_lea

    carte du réseau des LéA

  • Soutenance INF05

    groupe LéA : Ghita, Amandine, Laurent et Sandrine

  • intranet

    Séance post-it

  • jasmine_persona

    Livrable UX

  • jasmine_scenariodiagnostic

    Livrable UX

  • photoPost-it

    SiteMap séance pos-it

  • site autonome

    Séance Post-it

  • solutionTournesol

    Solution retenue par le comité de pilotage des LéA

Un réseau pour l’innovation

Le projet LéA, ou Lieux d’Education Associés à l’IFE, respire l’innovation et l’audace. Sur tout le territoire français, de Lyon à la Réunion, professeurs et chercheurs travaillent à faire évoluer nos manières d’apprendre.

carte du réseau des LéA

carte du réseau des LéA

Chaque LéA est un lieu d’expérimentation, de recherche, pour la pratique, avec la pratique. Le défi est à la mesure de l’ambition ; briser l’isolement des acteurs et les barrières disciplinaires pour partager les fruits de ces pratiques à l’échelle nationale. Créer un réseau, le faire vivre, et trouver enfin une caisse de résonance à ces initiatives locales qui méritent d’être entendues.

 

Mais voilà, construire un réseau, c’est long, difficile et laborieux. C’est de cette question que notre équipe a dû modestement se saisir, le temps d’un semestre en architecture de l’information. Il est vrai,  le Web devient plus que jamais un espace collaboratif, où il est plus facile de partager, d’écrire à plusieurs mains, de mener une réflexion commune. Encore faut-il réfléchir aux besoins réels des acteurs, à leurs pratiques, à leurs habitudes de travail. Enquêter, calibrer, mesurer, effacer, recommencer, jusqu’à transformer cet espace rêvé en lieu habitable et accueillant pour une communauté. C’est ainsi que l’architecture de l’information et le design d’expérience utilisateur ont été associés dans ce projet. Aider à construire un réseau vivant sur le Web, parce qu’il l’est dans la vie. Et, à terme, tenter de faire oublier l’outil derrière les usages.

De la commande initiale à l’élaboration d’un langage commun

Nous nous sommes très vite rendus compte que ce projet n’était pas un cas d’école. Nous nous sommes confrontés pour la première fois à une situation où l’architecture de l’information pouvait concrètement résoudre des problèmes. Nous avons pris conscience de corrélations a priori inattendues entre choix de design et choix institutionnels, voire politiques. Poser des questions, avoir des réponses à leur tour problématiques, et recommencer. En face de nous, un comité de pilotage avec un carnet de commande et une série de noeuds à traiter : mieux communiquer, rendre l’information plus lisible, plus accessible, avoir des outils plus intuitifs, permettre à l’information de remonter, comprendre les besoins des utilisateurs, mieux organiser les ressources, partir à la chasse aux doublons. Il fallait répondre à tout cela, sans oublier que l’équipe de l’IFE était, elle aussi, constituée d’utilisateurs de ce système d’information. Une équipe restreinte, en ordre de marche, avec des moyens humains limités et des réelles contraintes à intégrer.

Faire au mieux, ne pas fantasmer une solution idéale mais irréalisable. Une solution au service de ce réseau, mais institutionnellement viable. Surtout, une solution communicable, grâce à l’élaboration mutuelle d’un langage commun tout au long de ce projet.

Prototyper pour les “LéAnautes”

En nous mettant au travail, nous avons très rapidement eu une intuition, qui nous a d’abord guidés, pour s’affirmer ensuite avec plus de force. Au fond, il y avait trois problèmes, trois visions qui se juxtaposaient, et qui allaient devenir le support des trois solutions que l’on proposerait. Il y avait, d’un côté, non pas un site Web, mais des pages dédiées au réseau à l’intérieur du site de l’IFE, cachées à l’intérieur d’une arborescence touffue et peu intuitive. Autant de visibilité en moins pour les LéA, et un manque à gagner pour l’équipe de l’IFE. Il y avait, d’un autre côté, un ensemble d’outils mis à la disposition des acteurs du réseau ; des documents, des modèles, des journaux de bord à remplir. Des outils qui ne permettaient vraisemblalement pas une communication fluide. Et puis, il y avait ce que l’on voulait faire nous, et qu’il fallait fatalement concilier avec les possibles.

Il a donc fallu s’organiser pour donner chair et corps à cette intuition. Elle est d’abord confortée par le résultat de notre enquête utilisateur. Après plusieurs entretiens avec les membres les plus actifs du réseau, nous nous rendons bien compte que beaucoup est encore à construire. Il faut, nous dit-on, avoir davantage de moyens humains et préciser les missions de chacun, donner de la visibilité institutionnelle à la recherche locale – avec tout ce que cela implique comme contraintes – et faire vraiment vivre ce réseau naissant.

Après l’enquête, la première étape a été de donner vie à quatre personas, qui nous accompagneront jusqu’à la fin du processus, à la fois outils heuristiques et garde-fous. Chaque persona représente une des problématiques majeures du projet : Alice, notre enseignante associée, qui a besoin d’outils plus intuitifs ; Jasmine, notre chercheuse, qui veut participer à un réseau dynamique et vivant ; Didier, notre représentant IFE, qui espère une meilleure circulation de l’information ; Boris, enfin, notre futur participant, qui souhaite une meilleure intégration des nouveaux arrivants.

Livrable UX

Livrable UX

 

Livrable UX

Livrable UX

Mais comment passer de ces personas, si vivants qu’ils en deviennent troublants, à la formulation de solutions concrètes ? Une seule réponse : idéation et post-it. Nous faisons l’inventaire des idées qui nous viennent, de l’idéal à l’infaisable en passant par le raisonnable.

Séance post-it

Séance post-it

 

Séance Post-it

Séance Post-it

S’amorce ensuite un long processus de réorganisation, de synthèse, d’élimination et de combinaison, pour esquisser trois horizons possibles. La première solution met l’accent sur la communication externe et la valorisation du réseau au moyen d’un site Web vitrine autonome. La deuxième prend en charge le rôle central de l’IFE et l’amélioration des interactions avec les acteurs du réseau. La troisième fait la promotion d’un réseau auto-entretenu par ses propres acteurs. Si elles ne sont pas exclusives l’une de l’autre, il faut bien choisir. C’est pour la seconde solution que nous développerons prototypes et préconisations, au terme d’une démarche toujours un peu frustrante. Parce que non, on ne peut pas tout faire.

Solution retenue par le comité de pilotage des LéA

Solution retenue par le comité de pilotage des LéA

 

livrable INF05

livrable INF05

De ce projet, nous retiendrons certainement la confiance, précieuse, qui nous a été accordée. Nous retiendrons également la disponibilité des interlocuteurs toujours partants pour un ersatz de méthodes agiles. Nous tâcherons surtout de nous souvenir qu’un outil, aussi performant et sophistiqué soit-il, est vain sans ses usages. Et plus encore, sans ses usagers.

groupe LéA : Ghita, Amandine, Laurent et Sandrine

groupe LéA : Ghita, Amandine, Laurent et Sandrine

Amandine Alcolei, Ghita Benotmane, Sandrine Desmurs et Laurent Martin


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *