La tentation du (tourne)vis

 

Pour qui ne possède qu’un tournevis, tout problème ressemble à une vis. Ce détournement d’une citation attribuée au systémicien Paul Watzlawick (“If the only tool you have is a hammer, you tend to see every problem as a nail”) illustre bien l’un des défis qu’a rencontrés notre groupe lors de la conduite de son projet. Subjugués par un outil, WordPress, et par ses fonctionnalités apparemment sans limites, nous nous sommes laissés tenter par le vice de considérer notre problème à résoudre (la conception d’un microsite audioguide de musée) sous la seule aune de l’outil qui servirait au développement de notre solution.

Notre groupe de travail a appris au moins deux leçons importantes ce semestre : d’abord, que de même qu’un architecte ne s’improvise pas maçon, un architecte de l’information ne s’improvise pas développeur. Ensuite, et surtout, que penser une solution en fonction d’un outil revient à mettre la charrue avant les boeufs et peut avoir des conséquences désastreuses sur la qualité du travail produit.

Découvrez comment, tenté par le “(tourne)vis” WordPress, notre groupe a su redresser la barre et concentrer ses efforts sur l’expertise qui était attendue de lui : l’architecture de l’information.

La chute dans la technique

Notre équipe a été mandatée pour la conception d’une solution de sites mobiles audioguides à destination des petits et moyens musées français. Le développement de ces sites se faisant actuellement sur WordPress, nous avons cru pertinent, au cours de la phase d’analyse du contexte de notre mission, d’axer une partie de nos recherches sur ce CMS, pour comprendre ses potentiels et ses limites, savoir “sur quel terrain nous allions jouer”. Si certains dans notre groupe avaient utilisé WordPress en stage ou à titre personnel, aucun d’entre nous n’avait cependant eu l’occasion de mettre les mains dans le cambouis pour jouer avec ses thèmes et extensions.

Nous avons été impressionnés, en effectuant notre travail de recherche, par la complexité de cet outil. Stupéfaits par la puissance du CMS, nous avons creusé nos recherches concernant WordPress et ses outils d’architecture de l’information pendant un bon mois. La riche documentation disponible en ligne, les tutoriaux sur Youtube nous ont dès les premiers pas fascinés. Nous allions bientôt être capables de réaliser le prototype sur WordPress d’un site mobile unique en son genre ! Il nous semblait crucial que chaque membre de notre équipe ait une compréhension des subtilités de ce CMS, qui nous permettrait d’exécuter proprement notre vision du projet et de répondre aux besoins de notre commanditaire. Notre architecture de l’information devenait “WordPress-centric” : selon la nature de l’information de notre wireframe, une ressource devenait une page, une catégorie, un menu ou un thème dont les propriétés découlaient de l’extension à laquelle elles étaient attachées…

Avec le recul, nous n’avons pas su nous limiter et filtrer les connaissances dont nous avions besoin. Nous dérivions de notre rôle centré ici sur l’expérience utilisateur pour endosser celui de web-développeur. Nous ne nous sommes pas rendu compte que nous délaissions allègrement ce pourquoi notre commanditaire nous consultait, à savoir de structurer et hiérarchiser l’organisation d’un site mobile à destination des musées en France.

« Houston, we got a problem »

Le commanditaire de notre projet nous a consultés pour obtenir, entre autres choses, un plan minutieux et structuré de l’information sur son site web. Or, proposer une hiérarchie pertinente et sur mesure de contenus culturels est un défi en soi sur lequel nous aurions dû nous concentrer avant de jouer aux apprentis sorciers de WordPress. Par ailleurs, réfléchir l’architecture de l’information d’un site en fonction des possibilités du CMS sur lequel il sera développé revient à se couper l’herbe sous le pied, ou à mettre la charrue avant les boeufs : on choisit l’outil en fonction du besoin et non l’inverse. Et si demain, le même site devait être déménagé sur une autre plateforme de développement, et que toute son architecture de l’information reposait sur un plugin de WordPress ?

Après avoir creusé la question des fonctionnalités WordPress en termes de taxonomie, nous avions déjà passé un temps important sur la réalisation de ce que nous pensions être une part importante de notre prototype final : un tutoriel décrivant précisement la réalisation sur le tableau de bord WordPress d’une architecture de l’information adaptée à notre projet de site mobile audioguide. Nous n’avancions plus dans l’organisation de notre information et nous sombrions dans les méandres de la construction des extensions. Plus de Henri de Toulouse Lautrec, plus de peintures ou d’estampes, il était question de structurer des articles et des commentaires à l’intérieur de catégories et de menu. C’est lors d’une réunion cruciale avec notre tuteur que le signal d’alarme retentit : nous avions un tutoriel WordPress, mais pas de “schéma organisationnel”. Nous avions fait d’un outil d’éxécution notre coeur de travail même…

Comment on a fini par faire de l’architecture d’information

The Discipline of Organizing, dont la rédaction a été dirigée par Robert Glushko est un ouvrage de référence dans notre domaine d’étude. Les auteurs s’intéressent à classifier des ressources selon leurs propriétés et à proposer une méthodologie d’organisation de contenus en se basant sur les sciences des bibliothèque et de l’informatique. Concrètement, dans le cas qui nous concerne ici, il s’agissait d’organiser la représentation en ligne des oeuvres de Henri de Toulouse-Lautrec en fonction d’un utilisateur type. Si vous vous représentez une oeuvre d’art, comment vous y prendriez-vous pour la décrire à un profane, puis à un spécialiste ? Vous décririez probablement cette ressource selon des propriétés telles que le médium, les couleurs, les dimensions puis une description plus ou moins complexe selon votre interlocuteur. Organiser ainsi l’ensemble des oeuvres de Henri de Toulouse-Lautrec, vous le devinez alors, demande une analyse minutieuse de nos contenus (ou ressources) selon leurs propriétés.

Notre réunion tuteur a été difficile à vivre pour l’ensemble de l’équipe compte tenu du temps et du travail réalisé quasiment en vain avec WordPress. Mais tout n’était pas perdu : nous avions acquis une connaissance globale de l’outil. Quant à notre tutoriel WordPress, nous pourrions toujours l’inclure en bonus de notre cahier des charges pour notre commanditaire. Il était désormais temps pour nous d’agir en architectes de l’information et de construire une représentation synthétique de l’organisation de nos ressources. Pour ce faire, nous sommes partis du travail initial que nous avions effectué en réalisant nos wireframes. Nous avons alors construit plusieurs tableaux synthétiques qui détaillaient chacun les propriétés de chaque ressource. Agrandir ou faire défiler une image ou encore faire une recherche textuelle sur le site fait appel à une interaction précise avec les propriétés d’une oeuvre selon sa thématique. Notre schéma organisationnel est en ce sens une arme redoutable de structuration de contenu et de création de valeur ajoutée d’expérience utilisateur. Notre charge de travail a été conséquente et nous nous sommes organisés pour réaliser notre commande dans les temps impartis. En résumé, nous avons appris à être agiles.

Conclusion

L’architecture de l’information est une compétence essentielle à mobiliser en amont de la réalisation d’un projet. Notre travail ces derniers mois a été riche en enseignements et formateur dans nos futurs métiers qui seront centrés sur l’utilisateur d’interfaces numériques. La définition d’une taxonomie et l’organisation de l’information d’un tel site mobile nécessite un effort méticuleux. La création du schéma organisationnel qui expliquait notre rôle sur ce projet est devenue une préoccupation secondaire pour notre groupe. Nous avons découvert un outil intimidant, WordPress, qui nous a rapidement émerveillés. Nous avions des compétences de bases en développement web et nous avons pensé qu’il nous appartenait de personnaliser une taxonomie sur WordPress pour notre commanditaire.

Pour finir, nous ne regrettons pas cet égarement car il nous a permis de prendre en main un outil complexe et d’acquérir des compétences très utiles pour l’avenir. Dans un second temps, nous avons pu nous rendre compte concrètement du travail d’architecte de l’information.

 

Caroline Dumazet, Laura Sliva, Karim Sellami, Xavier Berger.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *