Orchestrer les ressources numériques : un défi pour les institutions culturelles

Par Karl Pineau, Delphine Delfieu, Djossè Tessy et Thibault Savignac.

La Galerie des Moulages à la Cité de l'architecture et du patrimoine

La Galerie des Moulages à la Cité de l’architecture et du patrimoine

Le monde de la culture vit à l’instar des secteurs du tourisme ou des médias sa révolution numérique. L’un des aspects de cette révolution consiste en l’élaboration de bases de connaissances issues des données publiques. C’est un mouvement qui a dans un premier temps concerné principalement le milieu des bibliothèques avec des exemples reconnus comme Gallica.

Ce mouvement commence aujourd’hui à toucher le monde des musées. Les bases de connaissances constituées autour des collections des musées ne sont plus accessibles uniquement à leurs personnels scientifiques ou lors d’une consultation physique dans un centre de documentation. Elles sont désormais  sur le web, consultables par tout un chacun, à n’importe quel moment. Un mouvement porté d’ailleurs par d’importants projets du ministère de la Culture comme le moteur Collections. Bienvenue dans l’ère des humanités numériques.

Cette révolution numérique met néanmoins en exergue un problème préexistant mais d’autant plus visible de nos jours : l’accès à l’information.

Capture d'écran du site arts-graphiques.louvre.fr

Capture d’écran du site arts-graphiques.louvre.fr

Tapez donc “Base France XVIe gravure” sur votre moteur de recherche préféré. Vous constaterez que le site arts-graphiques.louvre.fr (qui présente la collection du Louvre sur ce sujet) n’apparaît pas en première page de résultats alors que cette base est particulièrement bien fournie.

C’est cette problématique que nous a posé la Cité de l’architecture et du patrimoine dans le cadre de notre master d’architecture de l’information de l’ENS de Lyon : comment rendre accessible ses ressources numériques ?

Pour comprendre, remettons un peu de contexte sur la Cité de l’architecture et du patrimoine.

La Cité de l’architecture et du patrimoine a été créée en 2007 lors de la fusion d’un certain nombre d’institutions liées à l’architecture : le musée des Monuments français fondé à la fin du XIXe siècle dans l’ancien palais du Trocadéro, l’Institut français de l’architecture et l’école de Chaillot.

La Cité se positionne ainsi incontestablement comme une institution d’autorité en matière d’architecture, ce qui confère une grande valeur aux différentes ressources produites par son personnel scientifique.

Les différents sites satellites de la Cité de l'architecture

Les différents sites satellites de la Cité de l’architecture

Alors quelles sont ces ressources ?

  • Il y a tout d’abord le portail Collections du musée des Monuments français, connu pour ses moulages grandeur nature d’édifices. Cette base (le portail Collections) regroupe environ deux milles notices sur les oeuvres du musée.
  • Vient ensuite la base de données des archives de l’Institut français de l’architecture. Nommée ArchiWebture, cette base est la jonction entre l’inventaire d’archives et un portail de présentation de ces mêmes archives. On y trouve donc une description des fonds ainsi que parfois des versions numérisées des documents (ce qui représente une masse de 55.000 objets, 99.000 dossiers et 34.000 documents).
  • Cette base ArchiWebture a également donné lieu à la création d’un site d’expositions virtuelles, qui met en valeur les archives sous la forme de textes éditorialisées autour d’une problématique précise (“10 chefs d’oeuvre d’Auguste Perret” par exemple).
  • La bibliothèque de la Cité possède également une base en ligne, sur ses fonds.
  • Enfin, on trouve d’autres sites satellites comme une base collaborative sur l’architecture ou une web télé.

Malheureusement, ces ressources sont extrêmement dispersées et sous-utilisées.

En somme une institution, la Cité, propose au moins six sites web différents pour accéder parfois à la même information. L’exemple typique est pour la Cité de l’architecture une recherche sur l’architecte Auguste Perret. Il se trouve en effet que l’Institut français de l’éducation conserve les archives du maître de Le Corbusier et du béton armé.

Et bien si vous vous intéressez à Auguste Perret, sachez que vous trouverez des informations, souvent proches mais traitées de manières différentes, sur chacun de ces six sites différents. Sur le portail Collections, vous trouverez les maquettes ou les moulages de ses édifices (notamment pour l’église Notre-Dame du Raincy) exposées dans les salles du musée. Sur ArchiWebture, vous trouverez l’intégralité de ses archives. Sur le site des expositions virtuelles, une exposition traite de ses 8 grands chefs-d’oeuvre. etc.

Vers la construction d’un point d’accès unifié aux ressources

Voici donc la problématique à laquelle nous – étudiants du master d’architecture de l’information de l’ENS de Lyon – nous sommes confrontés. Comment orchestrer les ressources numériques de la Cité de l’architecture et du patrimoine et les regrouper sur un point d’accès unique ? Une problématique typique d’architecture de l’information donc, puisque nous sommes là non pas face à un problème d’absence d’information mais face à un problème de regroupement et de transmission de cette information.

La première partie de notre démarche a consisté à poser la question suivante : à qui veut-on communiquer cette information ? Une question que l’on a également complétée par la suivante : qui est intéressé par les contenus de la Cité de l’architecture et sous quelle forme ?

Cette question nous a amenés à rencontrer des personnels de la Cité ainsi que des visiteurs. Nous avons appris que le public de la Cité était principalement un public de Catégories Socio Professionnelles favorisées (CSP+), qui revient régulièrement à la Cité et qui suit sa programmation culturelle. Le musée est finalement peu ouvert sur l’international.

Mais au-delà de cette catégorisation du public, nous avons déduit qu’il existait deux types de publics (et oui, on finit toujours par en revenir à Clint Eastwood) : ceux qui connaissent les collections de la Cité et ceux qui ne les connaissent pas. Cette distinction entre connaisseurs et non connaisseurs nous permet d’aller au-delà d’une distinction entre spécialistes et non spécialistes. Il aurait en effet été trompeur de dire qu’il y a d’un côté ceux qui connaissent le domaine (les architectes, les étudiants en art, les chercheurs en architecture) et de l’autre ceux qui ne le connaissent pas (le “grand public”). Car cette distinction ne tient pas compte de la connaissance propre de l’institution Cité de l’architecture et de fait, de la séparation des bases de données qui existe aujourd’hui. On peut être architecte parfaitement compétent dans son domaine et ne pas savoir que les collections du musée des Monuments français sont présentées sur le portail Collections et que les archives sont sur ArchiWebture. On peut à l’inverse être un simple visiteur régulier du musée et connaître cette distinction.

La seconde partie de notre étude a consisté à regarder ce qui se faisait ailleurs en France et dans le monde autour de cette problématique. De cette étude sur des sites aussi bien de musées (comme le RijksMuseum) que de portails documentaires (comme Europeana), nous avons déterminé qu’il existait sur chacun de ces sites deux clés d’entrée dans les collections : une entrée guidée (à travers des sections “Nos chefs d’œuvre” ou “Les œuvres de la Première Guerre mondiale”) et une entrée libre souvent matérialisée par un moteur de recherche.

Si l’on croise nos deux grilles d’analyse, on obtient donc un schéma de ce type :

 

Entrée

Public Public non connaisseur / Entrée guidée Public non connaisseur / Entrée non guidée
Public connaisseur / Entrée guidée Public connaisseur / Entrée non guidée

 

La Galerie numérique de la Cité : une solution centrée utilisateur

Le temps qui nous était imparti pour à la réalisation de ce projet étant contraint, nous avons dû nous focaliser sur un des ces quatre aspects, matérialisés sous la forme d’un scénario de solution. Il fut décidé en accord avec la Cité qu’il s’agirait de favoriser l’accès guidé au public non connaisseur.

Pour cet aspect du problème, nous avons donc présenté la solution finale à télécharger ici au format PDF. Cette solution est à la croisée de deux chemins : celui tracé par des sites conventionnels de musées, avec des présentations des chefs d’oeuvres par liste, ou des oeuvres liées à une thématique, dans un contenu parfois enrichi de textes de présentation. Et de l’autre côté, nous nous sommes inspirés des expériences de datavisualisation menées par différents sites dans le domaine. On pensera au britishmuseum.withgoogle.com, à battles.nodegoat.net, à histography.io ou au lab.interactivethings.com.

Nous mixons datavisualisation et notice de musée

Nous mixons datavisualisation et notice de musée

Nous avons alors cherché à fusionner les deux modèles pour en tirer le meilleur de chacun : d’un côté (les sites de musées), la possibilité d’obtenir des informations précises et aux contenus d’autorité et de l’autre (les datavisualisations), la possibilité de comparer des œuvres et de le faire de manière dynamique et ludique. La principale contrainte étant de ne pas tomber dans un projet racoleur, qui produirait un effet sensationnel au premier aspect mais qui aurait été inutile à toute fin scientifique.

Capture d’écran de la datavisualisation proposée à la Cité

Capture d’écran de la datavisualisation proposée à la Cité

Notre projet naît ainsi d’une volonté simple : faire découvrir l’architecture à travers les collections de la Cité. Si la Cité conserve des fragments d’édifices ou des archives relatives aux édifices, nous sommes partis du postulat que la meilleure clé d’entrée reste l’édifice.

Nous utilisons pour inciter à la sérenpidité la richesse visuelle et ludique de la datavisualisation où les édifices sont symbolisés par des points. Ainsi, nous proposons une interface qui permet d’afficher et de trier des édifices (dont la Cité conserve des archives ou des moulages/maquettes) selon le bon vouloir de l’utilisateur. On peut s’y plonger sans but précis et trouver l’édifice à côté de chez soi en affichage géographique ou l’édifice de sa naissance en affichage chronologique. Mais il est également possible d’utiliser l’outil à des fins scientifiques pour regrouper tous les édifices d’un même architecte ou d’une même typologie sous la forme d’une frise chronologique ou d’une carte géographique. Il s’agit là d’un outil qui sera particulièrement utile aux étudiants notamment.

Capture d’écran d'une notice d'édifice proposée à la Cité

Capture d’écran d’une notice d’édifice proposée à la Cité

Dans un second temps, il est possible d’en savoir plus sur un édifice présenté. En cliquant sur le point qui l’illustre, on obtient une notice qui présente de manière synthétique et vulgarisée l’édifice. Une notice qui présente également les oeuvres, les archives, les ouvrages, les expositions de la Cité qui font référence à cet édifice. Le clic sur ces éléments renverra vers leur notice sur la base de données correspondantes. Notre mission atteint alors son but puisque l’on a pris le visiteur est pris par la main pour lui faire découvrir l’architecture et qu’on l’amène finalement jusqu’à l’une des bases de données du musée.

In fine, notre solution propose une réponse originale, ludique et efficace à la problématique d’orchestration des ressources numériques de la Cité. L’outil est conçu pour l’utilisateur, qu’il soit ou ne soit pas spécialiste en architecture. Chacun y trouvera son compte.

Mais surtout, il ne s’agit pas d’un gadget. Tout au long du projet, notre préoccupation a été de ne pas proposer une plateforme que les gens quitteraient au bout de 30 secondes de navigation car simplement attractive mais peu utile. Nous croyons à la puissance de la datavisualisation dans le monde de la recherche. Nous croyons que cet outil est à même d’offrir visibilité, ludicité et rigueur scientifique à la Cité de l’architecture et du patrimoine et à ses visiteurs.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *