Projet d’architecture de l’information pour Museomix

  • museomix-2013-baseline-rvb
  • urthemix
  • CPmmix_03 copy 3
  • CPmmix_03 copy2

museomix-2013-baseline-rvbCe projet s’inscrit dans le cours INF05 Gestion de projet du Master Architecture de l’information de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Notre équipe a eu l’opportunité de réfléchir à une nouvelle architecture de l’information pour Museomix, un makeathon muséographique international. Cet article revient sur cette expérience.

Introduction

Chaque année, durant 3 jours, un laboratoire live de la muséographie prend vie avec pour seul mot d’ordre : People make museum! Parenthèse enchantée dédiée à la création de dispositifs de médiation innovants, Museomix autorise toutes les expérimentations technologiques visant à redessiner les contours et les contenus des musées. Mais l’ambition de Museomix ne s’arrête pas là : cette grand messe annuelle est prétexte à la création d’une communauté de museomixeurs à  l’échelle mondiale, aux thématiques ouvertes. Ce marathon créatif et collaboratif a commencé à essaimer au-delà de nos frontières : d’un seul musée en 2011, ce sont pas moins de 6 musées, dont un outre-manche et un outre-Atlantique, qui étaient remixés en 2013. Là où la motivation et la conviction d’une poignée de “museogeeks” suffisait à faire vivre cette utopie, la dissémination du modèle et sa réinterprétation par les communautés grenobloise, québécoise, nantaise, etc., complexifie d’autant la diffusion des informations, le sentiment d’appartenance à une même entité, la capacité de travail collaboratif ou l’identification des compétences de chacun.

Une commande à redéfinir

La commande initiale était de concevoir un modèle d’architecture de l’information qui tienne compte de la multiplicité des flux et des types d’informations, des utilisations et des utilisateurs de cette information. De recenser et cartographier l’ensemble des canaux de diffusion et d’en optimiser l’utilisation.

Cette demande, si elle n’était pas d’une grande limpidité, laissait une liberté immense dans les propositions que nous pouvions envisager, perspective à la fois grisante et inquiétante. Comment cerner une organisation aussi mouvante que Museomix ? Et en conséquence, comment identifier des besoins et y répondre ? D’ailleurs fallait-il réellement chercher à cerner Museomix, l’astreindre à un cadre que, de part sa nature même, il fuit ? Museomix a pour fonction de briser le carcan institutionnel des musées, trop contraignant pour les expérimentateurs qu’il cible. Son objectif est avant tout de ne pas formaliser, de refuser organigrammes et hiérarchisations. Le mot d’ordre “c’est celui qui dit qui fait” résume bien la philosophie de cet OVNI. Et dès l’instant où nous avons reformulé la commande selon l’interprétation que nous en avions faite, nous avions déjà accédé à cet état de “museomixage” du “dire” et du “faire”. Une manière donc très concrète de se familiariser avec la grande élasticité de Museomix, capable de se transformer au fur et à mesure des propositions nouvelles.

Notre parti pris fut : nous focaliser sur l’optimisation du site web, outil essentiel pour donner un point d’entrée et d’attache à cette organisation protéiforme.

Vers un site web à l’image de la communauté

Dès la reformulation de la commande validée par notre commanditaire, nous avons donc pu nous saisir du projet Museomix-Archinfo afin de proposer trois scénarios pour le futur site Web dont un seul serait retenu par le commanditaire.

Museomix est construit autour d’une culture du dialogue et du partage. Il est la résultante de toutes les personnes qui y contribuent. Mais actuellement, les museomixeurs utilisent des outils et des méthodes variés pour communiquer, collaborer et organiser l’information. Ces usages sont loin d’être harmonisés. Construire, animer et pérenniser un tel réseau en dehors des 3 jours de rush créatif demande des outils adaptés. De plus, la communauté des museomixeurs est en réalité un ensemble de communautés géographiquement éclatées, auxquelles s’ajoutent des groupes de travail non territorialisés. C’est à ces questions que notre groupe projet a décidé de s’attaquer. S’il joue le rôle de vitrine présentant l’événement, le site web de Museomix peine à répondre à certains besoins des museomixeurs : valoriser les membres et leurs projets, favoriser et promouvoir le travail collaboratif, mettre en avant et scénariser l’intense dynamique des 3 jours du “makeathon”. Ces besoins ont été identifiés par notre groupe au terme d’une phase d’enquête durant laquelle nous avons dialogué avec les utilisateurs du site, qu’ils soient anciens museomixeurs ou organisateurs au niveau local ou global.

Fort de cette analyse, nous avons “brainstormé” pour commencer à dessiner les contours de ce que pourrait être le futur “www.museomix.org”. Feutres, tableau blanc, papier, crayons, post-its… C’est une phase sans restriction, ou chacun s’autorise à créer son site idéal. C’est ainsi que sont nés Community-Mix, un site structuré en communautés géographiques ; Proto Live, où les prototypes sont la porte d’entrée vers Museomix et You are the Mix, un site basé sur des communautés décloisonnées et à géométrie variable.

“You are the Mix” : People make the website

C’est ce dernier scénario qui a remporté les suffrages du comité de pilotage composé de coordinateurs de l’événement. Museomix doit en effet être considéré comme un terrain d’expérimentations porté par le mouvement et dont la structure ne peut être figée. Par ailleurs, même si les prototypes sont essentiels à la vie de Museomix, ils sont avant tout le point de jonction permettant la rencontre et le montage de projets. Le scénario “You are the Mix” reflète Museomix dans sa spontanéité, sa flexibilité et sa nature dynamique. Le site valorise prioritairement ceux qui font Museomix, en leur donnant la possibilité de créer leur profil et de s’organiser en groupes de travail : ce sont les utilisateurs qui font le site.

Ce scénario est basé sur un principe d’interconnection appliqué à tous les éléments composant la solution (musées, prototypes, membres, groupes, communautés territoriales, etc). Un autre grand principe est celui d’inclusion :  des membres sont “inclus” à un groupe de museomixeurs, lui-même “inclus” à une communauté territoriale (Rhône-Alpes, Québec, etc)… Ainsi, toutes les composantes de Museomix sont en relation au sein d’un même espace, offrant un graphe de leurs compétences et de leurs contributions.

urthemixLe scénario You are the Mix : une plateforme interconnectée

Une démarche centrée utilisateur

Des espaces de travail à géométrie variable, l’accès à une documentation se construisant au fil des contributions, la possibilité pour chacun de partager son expérience sur des espaces blog, de monter ou de participer à des groupes de travail afin d’alimenter la réflexion sur les enjeux des musées de demain, le scénario “You are the Mix” s’oriente vers un site qui ne prend sens que si les museomixeurs acceptent d’en devenir les acteurs principaux. C’est pour cette raison que la réflexion sur l’expérience utilisateur a été essentielle dans ce projet, afin d’en assurer l’appropriation par les publics cibles. Le but étant de retranscrire sur le web une dynamique déjà existante et basée avant tout sur la bonne volonté et l’envie de partage.

C’est ainsi que nos huit personas ont vu le jour. Pénélope, 28 ans, étudiante en ethnologie et facilitatrice veut s’inscrire à un groupe de travail sur la réalité augmentée. Vincent, 30 ans, développeur dans une agence web et ancien museomixeur, veut consulter la date du prochain Aperomix. Ou encore Hervé, 42 ans, Directeur de la communication est à la recherche de renseignement en vue d’un partenariat technologique. Chacun d’eux est représentatif d’un individu impliqué dans Museomix, que ce soit au niveau organisationnel, comme participant, simple visiteur, etc. Au travers de nos scénarios d’usage, ils nous ont aidé à donner vie au site : définir les solutions à apporter aux besoins identifiés, dessiner une arborescence, imaginer l’habillage par le biais de mock-ups, et enfin développer un prototype dynamique.

Appropriation de la solution par le commanditaire

D’un commanditaire un peu lointain au lancement du projet, à deux présents lors du premier comité de pilotage, nous étions face à 4 personnes totalement motivées, bienveillantes et ouvertes au dialogue pour le second comité de pilotage. Les conseils et validations ont afflué autour de nos propositions : construire un annuaire en live, pérenniser les prototypes, créer des liens entre des éléments pour le moment séparés (prototypes, musées, communautés…). C’est ainsi  que nous avons pu nous  investir pleinement dans le projet Museomix-Archinfo, tout en ayant la garantie d’une appropriation du scénario “You are the mix” par notre comité de pilotage. Une autre solution, idéale pour nous, étudiants en architecture de l’information, mais incompatible avec la philosophie de Museomix et les besoins des museomixeurs n’aurait pu au mieux, que flatter notre ego mais serait restée lettre morte auprès de ses destinataires. C’est donc au terme d’une phase de tests auprès des futurs utilisateurs que nous avons pu finaliser un cahier des charges présentant nos préconisations pour la mise en œuvre de ce chantier.

CPmmix_03 copy2

Le comité de pilotage Museomix : Juliette Giraud et Guillaume Rouvière

Le projet Museomix aura été une expérience intense à tous points de vues. En termes d’apprentissage des méthodologies de l’architecture de l’information et de l’expérience utilisateur appliquées à un projet de niveau professionnel mais également en terme de réflexion de type collégiale, où chacun a pu s’impliquer dans la réalisation des différentes phases, quels que soient ses acquis de base. Tout cela avec l’appui d’interlocuteurs disponibles et motivés, prêts à s’investir dans chaque phase du projet.

Pierre-Edouard Barrault, Kévin Bechu, Joachim Chevry, Corinne Sainte-Colombe


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *