SoSweet, une plateforme de visualisation du français sur Twitter qui n’est pas en sucre !

Dans le cadre du cours “Gestion de projet” du Master Architecture de l’Information à l’ENS de Lyon, plusieurs projets ont été soumis aux étudiants afin de mettre en pratique les enseignements suivis au cours de l’année.

Dataviz, Twitter, sociolinguistique … Découvrez le projet SoSweet

Le projet SoSweet (variabilité SOciolinguistique Sur tWEETer) consiste à conduire une recherche sur les nouveaux usages du français en s’appuyant sur un corpus de tweets (500 millions) du réseau social Twitter, le tout dans une démarche transdisciplinaire : sociolinguistique, linguistique de corpus, traitement automatique des langues et science des réseaux.
Ce projet réunit des chercheurs de chacune de ces disciplines. Voici l’organisation des différents laboratoires impliqués :

Composition du projet par Sylvia Musula & Henry Sergent

Lorsque le projet a été présenté, ce qui a retenu notre attention était le lien entre les usages d’un réseau social qui fait partie de notre quotidien et le travail de recherche sur la variation de la langue française. Cette approche novatrice est intéressante, puisque nous n’avions pas vraiment d’idées préconçues sur la manière d’aborder un tel corpus de données. La mission proposée concernait la réflexion et le prototypage d’un atlas linguistique interactif permettant de naviguer à travers les données récoltées.
L’exemple le plus utilisé pour montrer la variabilité sociolinguistique au sein de la métropole française est sûrement celui de l’éternel combat entre chocolatine et pain au chocolat.
Pourtant, il en existe bien d’autres, et les utilisateurs de Twitter nous le montrent bien, ce réseau social étant aujourd’hui l’un des plus utilisés en France. Comment présenter ces données de variabilités sociolinguistiques de manière visuelle ? Comment rendre cette plateforme accessible au plus grand nombre, qu’ils connaissent la sociolinguistique ou pas, ou qu’ils soient familiers du réseau ou non ? Telles étaient nos problématiques.

Notre méthodologie : quand #archinfo rime avec scénario

Nous avons commencé par une analyse approfondie d’un échantillon de données et du document de cadrage du projet de recherche ANR (Agence nationale de la recherche) avant de conduire des entretiens avec les membres des laboratoires impliqués. Nous avons ensuite mené plusieurs séances d’idéation et des tests afin de proposer plusieurs scénarios réalistes au commanditaire, sur 3 axes différents :

  • Travailler collaborativement sur les données collectées (pour les membres de l’équipe SoSweet),
  • Expérimenter les outils numériques (à destination des utilisateurs avancés),
  • Découvrir le français sur Twitter (visant un public élargi, peu au fait de ce domaine).

À l’issue de la présentation de ces trois scénarios, fondés sur une conception centrée utilisateur, les commanditaires ont fait le choix de privilégier le scénario de découverte, plus facile à implémenter, susceptible de bénéficier de nouvelles fonctionnalités, et répondant aux objectifs de présentation du projet vers le public.

Tableau de synthèse des scénarios proposés

Tableau de synthèse des scénarios proposés

Le prototype que nous vous invitons à visionner présente notre solution. Celle-ci est basée sur la proposition de différents templates de cartes créées par les chercheurs. Ainsi, bien que les paramètres à remplir soient nombreux sur notre atlas et qu’il peut sembler déroutant de savoir comment obtenir des données pertinentes grâce à ce dernier, ces templates permettent d’aiguiller l’utilisateur à travers différentes thématiques et de le placer directement au cœur de la recherche.

L’interface de la carte permet de visualiser les Tweets récoltés selon leur contenu, leur localisation, le profil des usagers de Twitter, ainsi que les décompositions effectuées dans l’analyseur syntaxique FRMG.
L’interface est modulaire, simple et accessible, que l’on parte d’un template ou d’une carte vierge, et des fonctions avancées pourront y être progressivement ajoutées, au gré du développement effectué en interne par SoSweet.

Ce que notre travail a apporté au projet

Pour les commanditaires du projet, la solution apportée permet, d’une part, de faire converger et de mettre en forme des idées qu’ils avaient, mais qui restaient floues et différentes d’un chercheur à l’autre.
En s’appuyant sur la maquette interactive, ils peuvent engager des discussions de groupe et avancer sur le projet fonctionnel avec les développeurs. De plus, le prototype fourni peut faire office de support de présentation « concret » pour illustrer leur démarche.

D’autre part, il était plus facile pour nous de nous mettre dans la peau d’utilisateurs dits du « public large » au vu de nos connaissances limitées dans les domaines concernés. Nous avons ainsi pu apporter un regard extérieur sur le projet et aidé les chercheurs à prendre du recul sur leur travail.
Cet aspect « vulgarisateur » peut être utile au projet SoSweet s’ils souhaitent gagner en visibilité. Nous sommes convaincus que de nombreuses personnes peuvent être intéressées par le fruit de leurs recherches, pour peu qu’on leur présente le tout de façon accessible et intuitive.

Enfin, ces travaux inaugurent un domaine encore récent qui est celui de la recherche à la croisée de la sociologie, la linguistique sur le Web et des systèmes complexes.
À une époque où l’influence des réseaux pose beaucoup de questions, sans qu’il n’y ait pour autant de réponses, apporter des solutions accessibles pour décrypter les usages et les manières de communiquer sur le Web peut ouvrir des pistes prometteuses . En cela, travailler sur ce projet était intéressant puisque des solutions similaires n’existent pas encore réellement à ce jour.

Billet rédigé par les membres du projet : Maeva Ramanana-Rahary, Nans Oudbib, Sylvia Musula-Musoto et Henry Sergent.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *